Catherine Duchêne, des Foules d’émotions à la galerie Passeart!

Du 1er au 23 avril 2017, l’artiste peintre Catherine Duchêne expose ses « Foules »  à la galerie PASSEART, à Troyes. Belle personnalité et talentueuse, nous avons eu la chance de la rencontrer au vernissage ! Des foules de couleurs, de mouvements et d’énergies, qui permettent à l’artiste de faire partager son très riche et aiguisé regard de peintre. « Expressionniste sensualiste », Catherine Duchêne  privilégie l’émotion et l’instinct dans sa création. Pas de conceptualisation en amont, pas de dessin préparatoire, c’est directement au pinceau que l’artiste investit sa toile. Le geste construit, exprime avec engagement, vigueur et volupté. Élève  du maître peintre Jean-Yves Guionet, l’artiste défend une peinture de l’imaginaire, où le tableau n’est pas une narration illustrative mais plutôt une ouverture à un ressenti, un questionnement.  Les éléments de figurations semblent surgir de la structure abstraite pour nous emmener dans son univers d’émotions.

Vision parfois déstabilisante pour le spectateur, en réponse à la peinture gestuelle de l’artiste, le regard tourne, cherche, et se cherche dans ces  Foules. Comme l’indique le titre d’un des tableaux, chacun est « À la recherche de sa propre histoire » dans ces toiles où se mêlent les antagonismes, où chaque protagoniste apporte malgré tout sa différence, où la joie côtoie la tristesse, où les vides et les pleins semblent finalement s’équilibrer dans ces compositions dynamiques, puissantes et exaltées. Intervenante par le passé en cours d’histoire de l’art à l’école Intuit/Lab d’Aix-en-Provence, si Delacroix et Le Greco sont des références classiques pour C.D. , l’artiste cite également ses contemporains : notamment Jean Rustin, Ronan Barrot, et Lucian Freud.

Trois questions à Catherine Duchêne :

T.C. Qu’elle est la genèse des Foules ?

C.D. « La genèse de mes foules remonte à mon travail de diplôme des Beaux-arts. C’est le début de mon amour pour l’humain. J’espère qu’il ne cessera pas. »

T.C. Que pouvez-vous dire de votre rencontre avec Jean-Yves Guionet ?

C.D. « Jean-Yves est mon père et le seul regard de peintre qui a autant de valeur à mes yeux. C’est celui qui a une parole de poids sur la critique de mon travail. Je suis encore sa philosophie, et chaque jour je remercie la vie de l’avoir rencontré. C’est rare de pouvoir bénéficier d’un enseignement aussi riche et complet. Je fais sinon toujours partie d’ATEXFO, le groupement artistique fondé par J.-Y.. » (Groupe qui « défend la peinture comme médium de recherche en tant qu’art majeur et s’efforce de comprendre l’expérience esthétique de ce qui différencie la création expressionniste de limage conceptuelle »).

T.C. Depuis vos débuts le processus de création a-t-il changé? Vous avez  effectué une formation à l’icône traditionnelle à l’Abbaye Saint Martin de Mondaye, en Normandie, et une formation pratique en Art-thérapie, cela a-t-il influencé votre approche créative ?

C.D. « L’icône a été un enrichissement personnel, traditionnel, technique et culturel. Mais son processus est l’inverse du propos de ma peinture. L’art-thérapie est à mon sens, une autre discipline, elle n’a rien influencé dans ma pratique picturale.

Je ne dirai pas que le processus créatif a changé depuis le début de ma découverte. Mais il s’est approfondi, c’est sûr. Ou plutôt, à chaque trait que je trace et que je pense, je le rencontre un peu plus. C’est très dur d’être dans un vrai processus de création, cela prend parfois des heures pour parvenir à y être quelques minutes… »

F.P.

gb_drapeau

From 1st till 23 April 2017, the painter Catherine Duchêne exposes her « Crowds » at the gallery PASSEART of Troyes. Beautiful personality and talented, we had the opportunity to meet her for the private viewing! Crowds of colors, movements and energies, allow the artist to share her very rich look of paintress. « Expressionist sensualist « , Catherine Duchêne favors the emotion and the instinct in his creation. No conceptualization upstream, no preparatory drawing, it is directly with the brush that the artist invests her painting. The gesture builds, expresses with commitment, vigour and sensual delight. Pupil of the master painter Jean-Yves Guionet, the artist defends a painting of the imagination, where the picture is not an illustrative story but rather a window on a feeling, a questioning. The elements of representations seem to appear from the structure to take us in her feelings universe.
Sometimes a destabilizing vision for the spectator, in answer to the gestural paint of the artist, the look turns, lost itself, and looks for itself in these Crowds. As indicates it the title of one of the paintings, everybody is  » In search of the own story  » in these paintings where appear antagonisms, where every protagonist brings nevertheless particularities, where the enjoyment is not far from the sadness, where the emptiness and the forms finally seem to balance itself in these dynamic, powerful and excited compositions. Teaching in the past art history at the Aix-en-Provence school Intuit / Lab, if Delacroix and El Greco are classic references for C.D., the artist also appreciate her contemporaries: in particular Jean Rustin, Ronan Barrot, and Lucian Freud.
Three questions to Catherine Duchêne:
What is the genesis of the Crowds?

The genesis of my crowds goes back to my work of diploma of the School of Fine Arts. It is the beginning of my love for the human being. I hope that it will never stop.
What would you say of your meeting with Jean-Yves Guionet?
Jean-Yves is my father and the only look of painter which has so much value for me. It is the one who has a weighty word on the criticism of my work. I follow still his philosophy, and every day I thank the life for having met him. It is rare to be able to benefit from an teaching so rich and complete. I am still otherwise a member of ATEXFO, group established by J.-Y. Guionet, which defends the paint as the medium of search as major art and tries hard to understand the esthetic experience of what differentiates the expressionistic creation of the abstract picture.

Since your beginnings did your process of creation change? You made a formation in the traditional icon in the Abbey Saint Martin de Mondaye, in Normandy, and a formation in practice of art therapy, did it influence your creative approach?
The icon was a personal, traditional, technical and cultural enrichment. But its process is the opposite of the subject of my paint. The art therapy is in my opinion, a different discipline; it influenced nothing in my pictorial practice. I shall not say that the creative process changed since the beginning of my discovery. But it went further. Or rather, in every line which I draw and which I think, I meet it a little more. It is very hard to be in a real process of creation, it sometimes takes hours to succeed in being a few minutes there …

F.P.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s