Des formes et des couleurs, Marie Weber, designer soulier.

Avec l’inauguration de sa première boutique-atelier le 4 novembre dernier, Marie Weber installe à Troyes une partie de son univers mêlant savoir-faire, tendance et singularité. Des matières nobles, du fait-main et de la personnalisation, c’est riche de son expertise et de ses différentes formations à l’école supérieure de design de Troyes et à Polimoda à Florence que Marie Weber arrive avec ses créations haut de gamme, entre délicatesse, raffinement, et une indéniable énergie créative !

Avec une vie entre Florence, Paris et Troyes, Marie Weber ouvre sa boutique sur rendez-vous, pour un accueil sur-mesure.

T.C. Marie Weber comment est venu votre style ?

« L’inspiration, c’est venu de différents voyages, par exemple le modèle Amélie est inspirée de ma culture natale, la culture bavaroise, avec les broderies à la main, et la peau aussi qui a un côté très traditionnel. J’ai voulu revisiter les lignes des modèles classiques, en y apportant mon identité, des textures différentes, de couleurs… Créer un soulier qui soit à la fois tendance et intemporel, c’était un peu ma mission. Il était très important pour moi par exemple qu’une personne qui achète un soulier en peau rose, puisse toujours le mettre dans trois ans. Les modèles ne sont pas créés en fonction des saisons, mais en plutôt en fonction de l’inspiration, je peux créer deux modèles différents en trois mois comme je peux ne pas en faire pendant quatre mois, j’ai surtout envie de créer des modèles qui ont un sens, qui me représentent. »

Un travail sur le classique, autour de modèles comme le Richelieu, ou le Derby, Marie Weber crée ses souliers à partir de peaux de haute qualité, sélectionnées auprès de son fournisseur à Florence. Avec des teintes parfois inédites, la palette des couleurs, douce et chaleureuse, se fait aussi volontiers plus acidulée, voire électrique.

« Lorsque je sélectionne des peaux chez mon fournisseur, je sais que ce sont des teintes que je peux ne jamais retrouver, les stocks sont parfois confidentiels, et ça participe au fait que chaque modèle soit exclusif. Mon fournisseur travaille avec différentes tanneries en Italie, pour me proposer un panel de peaux à la fois tendance et qualitatif. »

T.C. Comment est venu cet amour pour les chaussures ?

« Je trouve que c’est un élément très important dans la tenue, qui induit une démarche, une certaine confiance en soi. C’est un élément qui représente « qui on est » aussi, qui nous ressemble. En terme de confort, on dit « être bien dans ses baskets », ou « être à côté de ses pompes », c’est important de bien choisir ses chaussures. Au départ j’étais plutôt attirée par les chaussures à talons, aussi bien à porter que visuellement, je trouvais ça assez fascinant. C’est lors de mon année de licence de Design produit à Troyes que j’ai su que je voulais faire des chaussures, et que j’ai commencé à orienter mon projet de fin d’études dans ce sens, c’était un vrai challenge.»

 

À Polimoda ce sera une plus qu’une confirmation une révélation pour la conception manuelle, la matière, et la structure même des souliers.

« C’est un produit qui est complexe, exigeant et fascinant en terme de construction. Le fait-main apporte une vraie valeur-ajoutée au produit: en terme de finitions par exemple. Je suis également en admiration devant des collections de Walter Steiger par exemple pour leurs styles et leur qualité. J’apprécie autant la qualité du désigner que de l’artisan. Il y a un supplément d’âme qui fait le soulier. C’est une culture du goût, un intérêt à la confection, une éducation du produit, des détails qui donnent de la profondeur à la beauté. C’est quelque chose qui se travaille mais ne s’explique pas. Mes parents m’ont transmis, le respect du travail, de l’artisanat, la culture des belles matières! Une paire de souliers peut prendre 25 heures de fabrication, ça demande beaucoup d’implication.

Ce qui est intéressant en ce moment, c’est que je rencontre mon client avant de lui faire sa paire. J’analyse son style, nous discutons, puis j’essaie de lui proposer une paire de MARIE WEBER qui lui correspondrait. Le même modèle peut être choisi par des gens avec des styles totalement différents. Le modèle Charlotte par exemple peut aussi bien être demandé par une jeune fille de 18 ans pour son anniversaire, qu’une avocate qui va le personnaliser en noir et blanc pour aller au travail. À moyen terme j’aimerais me consacrer davantage à la création et faire produire une gamme dans un petit Atelier d’artisans en France ! »


http://www.marieweber.fr/

Fabien Prost.

 

gb_drapeau

 

Marie Weber, shoes designer.

 

Inauguration of the first shop-workshop on November 4th of this year, Marie Weber settles in Troyes a part of her universe mixing know-how, trend and peculiarity. Noble materials, of fact-hand and customization, it is rich in expertise and in various formations to the design school of Troyes and to Polimoda in Florence that Marie Weber arrives with her top of the range creations, between delicacy, refinement, and an undeniable creative energy!

With a life between Florence, Paris and Troyes, Marie Weber opens her shop by appointment, for a custom-made reception.

T.C. Marie Weber how came your style?

 » The inspiration came from various journeys, for example the Amélie model is inspired by my native culture, the Bavarian culture, with the embroidery by hand, and the skin also which has a very traditional side. I wanted to revisit the classic models by bringing it my identity, with different colours and textures …To  make something at the same time trendy and timeless, it was a little my mission. It was very important for me for example that a person who buys a shoe in pink skin, can wear it always in three years. The models are not created according to the seasons, but rather according to the inspiration, I can create two different models in three months as I cannot for four months, I especially want to create models which have a meaning, which represent me.  »

A work on the classic, around models as the Brogue shoe, or the Derby, Marie Weber creates her shoes from skins of high quality, selected with her supplier around Florence. With sometimes brand-new tints, the pallet of colors, soft and warm, can gladly become more slightly acid, or even electric.

« When I select skins at my supplier, I know that it is tints which I could never find again, stocks are sometimes confidential, and that participates in the fact that every model is exclusive. My supplier works with various tanneries in Italy, to propose me a trendy and qualitative panel of skins.  »

 

T.C. How came this love for shoes?

« I find that it is a very important element of the dress, that leads an approach, a certain self-confidence. It is an element which represents  » who we are  » also, which looks like us. In term of comfort too, it is important to choose well shoes. At first I was rather attracted by heels shoes, as well to wear that visually, I found that fascinating. It is during my license of product Design in Troyes that I knew that I wanted to make shoes, and that I began to direct my project of the end of studies in this direction, it was a real challenge. « 

To Polimoda it will be more than a confirmation a revelation for the manual conception, the material, and the structure of shoes.

 » This product is complex, requiring and fascinating in term of construction. The fact-hand brings the real added value to the product, as the finishes for example. I am also filled with admiration for Walter Steiger‘s collections for example for their styles and their quality. I appreciate as well the quality of the designer as the quality of the craftsman. There is a supplement of soul which makes the shoe. It is a culture of the taste, an interest in the garment manufacturing , the education of the product, the details which bring depth to the beauty. It is something which works without being understandable. My parents transmitted to me the respect for the work, for crafts, the culture of the beautiful subjects ! A pair of shoes can set 25 hours of manufacturing, that asks for a lot of implication.

What is interesting at the moment, that can’t always be like that, it is that I meet my customer before making the shoes. I get the look, the style, I ask for the colors of the dress, if we go on something extravagant or classic. And what is interesting it is that the same model can be chosen by people with totally different styles. As Charlotte models, which can be asked as well by a 18-year-old girl for her birthday, as a lawyer who is going to by-pass it to me in midnight blue and white, and who is going to wear it to go to work. The models adapt themselves to people and conversely people also interpret my creations. I am a stylist, in the future I would like to develop a network of craftsmen, to whom I could supply kits, to assure the production, by keeping a person behind each product, 100 % handmade. I envisage besides a second range in manufactured, with French or Italian production, for the distribution, to spread my production and its creative spirit, and make it also more accessible   »

What is interesting at the moment, it is that I meet my customer before making the pair. I analyze the customer style, we discuss, then I try to propose a pair of MARIE WEBER which would correspond to this style. The same model can be chosen by people with totally different styles. The model Charlotte for example can be resqued as well by a 18-year-old girl for her birthday, as a lawyer who is going to personalize it in black and white to go to the work. In the mid-term I would like to dedicate myself more to the creation and to make produce a range in a small craftsmen Workshop in France!

Http: // www.marieweber.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s