Nicolas Favre : vibrant et en équilibre.

« Si la peinture survit depuis le début de l’humanité, c’est bien qu’elle réveille quelque chose de fort et de profond, (…). Pas juste avec le cerveau, mais avec les tripes. »

Publicités