Retour sur Emmanuel Di Ceglie – La Maison du Boulanger.

Retour sur Emmanuel Di Ceglie – La Maison du Boulanger, 28 janvier-5 mars 2017.

index

Si vous cherchiez sous le ciel gris la couleur et la légèreté, c’est à la Salle Raymond Moretti de la Maison du Boulanger qu’il fallait vous trouver.

Le trait, la couleur, la liberté.

Le peintre local Emmanuel Di Ceglie brille d’abord par son dessin. Il n’y a qu’à apprécier la finesse de ses traits. La précision habite le papier avec souplesse, et incarne l’architecture de ses personnages stylisés.

Ces silhouettes souvent mobiles évoluent dans un monde où la géométrie est omniprésente, mais dans des perspectives et des proportions  qui resplendissent par leur liberté. Chaque forme possède son identité propre, comme une accumulation d’éléments  qui construit le motif de l’œuvre.

Puis la couleur s’installe, et là, c’est un festival. Le peintre est coloriste, entre acrylique et huile il construit des teintes que la photographie ne peut retranscrire. Une chaleur qui enchante simplement, sans prétention, mais qui fait que même les couleurs froides deviennent chaudes. Faisant d’une tristesse, un sourire ; d’un moment de fatigue, un moment de plaisir.

Une œuvre réconfortante, à découvrir ou redécouvrir.

F.P.

photo (34)

gb_drapeau

Back on Emmanuel Di Ceglie – La Maison du Boulanger,Troyes,  Jan.28 – March 5 2017.

If you were looking for the color and for the lightness under the grey and dark sky, it is in the Room Raymond Moretti de la Maison du Boulanger that you should be.

The line, the color, the freedom.

The french painter from Troyes Emmanuel Di Ceglie shines at first with his drawing. We just have to appreciate the delicacy of his lightness and casualness line drawings! The precision lives in the paper with flexibility, and embodies the architecture of his stylized characters.

These often mobile silhouettes evolve in a world where the geometry is everywhere, but the perspectives and proportions glitter by their freedom. Every shape possesses its self-identity, as an accumulation of elements which builds the motive for the work.

Then the color settles down, and there, it is a festival. The painter is a colorer, between acrylic and oil he builds tints which the photography cannot retranscribe. A heat which enchants simply, unpretentious, but which makes that even the cold colors become hot. Making from a sadness, a smile; from a time of fatigue, a time of pleasure.

A comforting work, to discover or to rediscover.

F.P.

 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s